Documents  Grossman, Evelyne | enregistrements trouvés : 3

     

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q


U V

- 224 p.
Cote : PHI Gro

"Qu'est-ce qui nous affecte ? Assistons-nous à un retour du sensible ? Ces questions, l'hypersensible contemporain les repose dans l'art, la pensée, l'écriture. Il invite à réhabiliter ce qui, en chacun de nous, apparaît trop souvent comme une faiblesse à surmonter : la fragilité, la vulnérabilité..." [extrait quatrième de couverture]

PHILOSOPHIE ; PSYCHANALYSE ; LITTERATURE ; FEMME ; IDENTITE SEXUELLE

... Lire [+]

U V

- 39-32 p.-[50] p. de pl.
Cote : ILL Art

" "C'est en 1938, à l'asile de Ville-Evrard, écrit Artaud, que j'ai construit mes premiers gris-gris./ Sur de petites feuilles quadrillées de papier perdu d'écolier je composais de passives figures, comme des têtes ravagées d'asthmes, d'affres et de hoquets" (Suppôts et Supplications). Un an plus tôt déjà, avant son départ pour l'Irlande, il avait commencé à adresser à ses correspondants des "Sorts", missives conjuratoires ou aggressives mêlant textes et dessins sur des feuilles volontairement trouées et brûlées. Dans une note de 1947, il indiquera : "Le but de toutes ces figures dessinées et coloriées était un exorcisme de malédiction, une vitupération corporelle contre les obligations de la forme spatiale, de la perspective, de la mesure, de l'équilibre, de la dimension [...]./ Et les figures donc que je faisais étaient des sorts - que je brûlais avec une alumette après les avoir méticuleusement dessinées." (...)
A sa sortie de l'asile psychiatrique de Rodez, Artaud avait exposé ses "portraits et dessins" dans la galerie parisienne de Pierre Loeb. "Peu de temps avant sa mort, écrit Pierre Loeb, je lui avais suggéré un ouvrage sur les curieux dessins que l'on voit souvent en marge ou dans le texte même de ses derniers cahiers. Nous les avions choisi ensemble pour accompagner son texte : "50 dessins pour assassiner la magie". Sa brusque fin interrompit ce projet et il n'a pas dépendu de moi que sa volonté n'ait été "faite"..." " (Extrait de la préface.)
" "C'est en 1938, à l'asile de Ville-Evrard, écrit Artaud, que j'ai construit mes premiers gris-gris./ Sur de petites feuilles quadrillées de papier perdu d'écolier je composais de passives figures, comme des têtes ravagées d'asthmes, d'affres et de hoquets" (Suppôts et Supplications). Un an plus tôt déjà, avant son départ pour l'Irlande, il avait commencé à adresser à ses correspondants des "Sorts", missives conjuratoires ou aggressives mêlant ...

MAGIE ; LITTERATURE

... Lire [+]

Dossiers

 
Z