Documents  Centre national de la cinématographie | enregistrements trouvés : 137

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

U V

CNC

11rue de Galilée
75116 Paris


U V

- n° Images de la culture, n° 22 (juil. 2007) - 115 p.
Cote : DAN Cay

Revue du Centre National de la Cinématographie. Contient un dossier sur la danse contemporaine.

CINEMA ; DANSE CONTEMPORAINE ; ESPACE URBAIN

... Lire [+]

U V


Cote : DA PA 114

... de ne pas tomber ! Ainsi pourrait-on clore ce titre énigmatique qui annonce l'imminence d'un danger. Celui peut-être mis en jeu par cette chorégraphie de Boris Charmatz, danseur et chorégraphe très remarqué depuis son premier duo "A bras le corps". Loin de toute ornementation, sa danse se confronte à l'espace, à la résistance du corps, aux possibilités de contact avec l'autre.
Dans cette chorégraphie, une structure métallique verticale place les trois danseurs l'un au-dessus de l'autre : l'espace de la danse est très limité, circonscrit par le vide et l'impossibilité pour chacun de voir ce que font les autres. L'autre aspect spectaculaire de la pièce, est la nudité des danseurs qui ne gardent sur eux qu'un tee-shirt. Une danse abrupte, qui refuse le romantisme de l'envolée et s'astreint à la pesanteur, à l'impact de la chute, à la dépense d'énergie provoquée par des mouvements dénués de toute joliesse. La caméra de Luc Riolon joue le jeu de la chorégraphie : en fragmentant les corps et en concentrant la vision sur l'organisation spatiale de la chorégraphie, il évacue tout voyeurisme.

Fabienne Arvers
CNC - Images de la culture
... de ne pas tomber ! Ainsi pourrait-on clore ce titre énigmatique qui annonce l'imminence d'un danger. Celui peut-être mis en jeu par cette chorégraphie de Boris Charmatz, danseur et chorégraphe très remarqué depuis son premier duo "A bras le corps". Loin de toute ornementation, sa danse se confronte à l'espace, à la résistance du corps, aux possibilités de contact avec l'autre.
Dans cette chorégraphie, une structure métallique verticale place ...

CHARMATZ (BORIS) ; DANSE CONTEMPORAINE ; CORPS NU ; VERTIGE ; ESPACE URBAIN ; SPECTACLE IN SITU

... Lire [+]

U V


Cote : DA E COMP 01

A partir d'un principe simple, dans la continuité de la série "Une Danse, le temps d'une chanson", Patrice Nezan propose une série de sept films courts qui réunissent chacun un chorégraphe et un réalisateur. Dans ces "chorégra-films", la musique imprime sa durée et son atmosphère à chacun des univers chorégraphiques. Voyages dans des mondes éphémères dont l'étrangeté tient autant à la qualité des images qu'aux situations imaginées.

Irène Filiberti
CNC - Images de la culture

Les images iconoclastes retenues par Claude Mouriéras décrivent avec lucidité et humour le cri d'exaspération du chorégraphe : "Maintenant, ça suffit !" Sur une musique de Thierry Robin, le scénario fait intervenir les acteurs-danseurs de la compagnie de Christophe Haleb, La Zouze, qui se retrouvent en prise directe avec les petites aliénations de la vie quotidienne.
Que vit-on dans un appartement, au bureau, en couple ? Scènes de ménage, hystérie collective, intime solitude et nudités enchevêtrées défilent en contrepoint de musiques douces aux ancrages traditionnels. La recherche de Christophe Haleb porte sur la nécessité d'agir et d'inventer une alternative à la réalité. Dans ses pièces comme dans "Adesso basta !", il oppose au stress des modes de vie urbains une sorte d'écosystème imaginaire.

Irène Filibert
CNC - Images de la culture
A partir d'un principe simple, dans la continuité de la série "Une Danse, le temps d'une chanson", Patrice Nezan propose une série de sept films courts qui réunissent chacun un chorégraphe et un réalisateur. Dans ces "chorégra-films", la musique imprime sa durée et son atmosphère à chacun des univers chorégraphiques. Voyages dans des mondes éphémères dont l'étrangeté tient autant à la qualité des images qu'aux situations imaginées.

Irène ...

HALEB (CHRISTOPHE) ; DANSE CONTEMPORAINE ; FLAMENCO ; RELATION AUX AUTRES ; PROBLEMES SOCIAUX ; MAISON ; EROTISME ; SOLITUDE ; CORPS NU ; SPECTACLE IN SITU ; ESPACE URBAIN ; COMPAGNIE LA ZOUZE - CHRISTOPHE HALEB ; IDENTITE SEXUELLE ; FOLIE ; MUSIQUE

... Lire [+]

U V


Cote : AR PA 029

En 1918, Claude Monet crée la première oeuvre environnementale : les "Nymphéas". Placée sur les murs d'une salle de l'Orangerie, le spectateur doit évoluer sur 360 degrés pour la voir dans son entier, expérimentant ainsi une véritable immersion dans la nature. Plus tard, les artistes du land art vont intervenir directement sur l'environnement et produire des oeuvres éphémères.
Pionnier du land art, Robert Smithson quitte l'atelier pour la nature. Dans "Spiral Jetty" réalisée en 1970 dans l'Utah, il inscrit une spirale en terre et cailloux à l'intérieur d'un lac, enserrant l'eau dans son parcours sinueux. La photographie demeure le témoin de l'idée poétique. Les pierres en basalte, que Richard Serra a insérées régulièrement dans le sol d'une île en Islande, matérialisent l'échelle du promeneur. Richard Long, lui, arpente la planète, laissant ses traces dans un paysage qui lui sert de cadre et de matériau. Des oeuvres abandonnées sur place, il rapporte des photographies qui deviennent oeuvres à leur tour. De même pour Christo : de toutes ses actions éphémères, il ne reste que de la documentation sur des objets ou des lieux provisoirement mesurables.

Annick Spay
CNC - Images de la culture
En 1918, Claude Monet crée la première oeuvre environnementale : les "Nymphéas". Placée sur les murs d'une salle de l'Orangerie, le spectateur doit évoluer sur 360 degrés pour la voir dans son entier, expérimentant ainsi une véritable immersion dans la nature. Plus tard, les artistes du land art vont intervenir directement sur l'environnement et produire des oeuvres éphémères.
Pionnier du land art, Robert Smithson quitte l'atelier pour la ...

ART EPHEMERE ; ESPACE NATUREL ; SCULPTURE ; ART VIDEO ; LAND ART

... Lire [+]

U V


Cote : AR PA 029

La sexualité n'a pas toujours été un sujet tabou. Le nu, thème favori de la peinture de genre, devint avec Manet instrument de provocation face à l'hypocrisie bourgeoise. Aujourd'hui, les artistes explorent le corps comme symbole des discriminations d'une société envers ses minorités ou comme clin d'oeil au conservatisme qui empêche l'art et l'individu d'évoluer en liberté.

CNC - Images de la culture
La sexualité n'a pas toujours été un sujet tabou. Le nu, thème favori de la peinture de genre, devint avec Manet instrument de provocation face à l'hypocrisie bourgeoise. Aujourd'hui, les artistes explorent le corps comme symbole des discriminations d'une société envers ses minorités ou comme clin d'oeil au conservatisme qui empêche l'art et l'individu d'évoluer en liberté.

CNC - Images de la culture

ART CORPOREL ; CORPS NU ; EROTISME ; ART VIDEO ; PEINTURE ; SCULPTURE ; PHOTOGRAPHIE

... Lire [+]

U V


Cote : DA PA 108

Ce document sur la vie quotidienne du célèbre danseur est le plus bel hommage que l'on pouvait lui rendre. Babilée a basé toute sa carrière sur l'intelligence du présent. On le suit chez lui et dans les répétitions de "Life", écrit pour lui par Béjart (1979), qu'il reprend ici en 1991 avec Marie-Claude Pietragalla. Un plan final le montre sur sa moto, fonçant dans les rues de Paris.
Le film débute sur les propos de Mikhail Baryshnikov. Peu d'images d'archives : un film amateur de son enfance, un extrait du "Jeune homme et la mort" (1946) et quelques plans de "Life" en 1979, aperçus à la télévision dans son petit appartement parisien. Devant les caméras de William Klein, Babilée remonte ce ballet pour un gala au théâtre des Champs-Elysées. Beaucoup de moments silencieux, de mouvements discrets du cadre, de respirations entre les séquences, dans cette réalisation qui a su capter le calme intérieur de cet homme d'apparence bouillonnante. Ecouter son corps, c'est, pour Babilée, le contraire du narcissisme, c'est écouter le monde et ne jamais se refuser à lui. Un film noir et blanc qui évite les pièges de l'hagiographie en une suite de séquences fluides et intimistes.

Patrick Bossatti
CNC - Images de la culture
Ce document sur la vie quotidienne du célèbre danseur est le plus bel hommage que l'on pouvait lui rendre. Babilée a basé toute sa carrière sur l'intelligence du présent. On le suit chez lui et dans les répétitions de "Life", écrit pour lui par Béjart (1979), qu'il reprend ici en 1991 avec Marie-Claude Pietragalla. Un plan final le montre sur sa moto, fonçant dans les rues de Paris.
Le film débute sur les propos de Mikhail Baryshnikov. Peu ...

BABILEE (JEAN) ; DANSE CLASSIQUE ; DANSEUR ; DANSE ; BEJART (MAURICE) ; XX°SIECLE

... Lire [+]

U V


Cote : DA E WIS-F 01

Délaissant portraits et interviews, Frederick Wiseman filme cette véritable institution américaine qu'est l'American Ballet Theatre, fondé par Balanchine, sans se soucier de hiérarchiser les dimensions artistiques ou pédagogiques (le travail des chorégraphes et maîtres de ballet avec les solistes ou le corps de ballet), administratives ou économiques. La parole est ici à l'image, captivante !
La caméra s'installe posément dans les studios de répétition (les premières images sont consacrées aux danseurs en train de s'échauffer), dans le bureau de la directrice toujours filmée au téléphone (à la recherche de partenaires financiers ou en colère avec le Metropolitan qui programme le ballet du Kirov en même temps que l'American Ballet), dans les rues de New York, en tournée en Europe (sur scène et dans les moments de détente des danseurs)... Elle s'attarde lorsqu'un événement lui semble de nature à illustrer la nature et la singularité du lieu. Certaines séquences sont ainsi révélatrices de l'esprit "maison" : une vieille femme transmet à un jeune interprète un ballet qu'elle a jadis dansé ; la palette émotionnelle se découvre à travers le vocabulaire gestuel, resté intact dans sa mémoire.

Fabienne Arvers
CNC - Images de la culture
Délaissant portraits et interviews, Frederick Wiseman filme cette véritable institution américaine qu'est l'American Ballet Theatre, fondé par Balanchine, sans se soucier de hiérarchiser les dimensions artistiques ou pédagogiques (le travail des chorégraphes et maîtres de ballet avec les solistes ou le corps de ballet), administratives ou économiques. La parole est ici à l'image, captivante !
La caméra s'installe posément dans les studios de ...

AMERICAN BALLET THEATRE ; DANSE ; BALLET

... Lire [+]

U V


Cote : DA E WIS-F 02

Délaissant portraits et interviews, Frederick Wiseman filme cette véritable institution américaine qu'est l'American Ballet Theatre, fondé par Balanchine, sans se soucier de hiérarchiser les dimensions artistiques ou pédagogiques (le travail des chorégraphes et maîtres de ballet avec les solistes ou le corps de ballet), administratives ou économiques. La parole est ici à l'image, captivante !
La caméra s'installe posément dans les studios de répétition (les premières images sont consacrées aux danseurs en train de s'échauffer), dans le bureau de la directrice toujours filmée au téléphone (à la recherche de partenaires financiers ou en colère avec le Metropolitan qui programme le ballet du Kirov en même temps que l'American Ballet), dans les rues de New York, en tournée en Europe (sur scène et dans les moments de détente des danseurs)... Elle s'attarde lorsqu'un événement lui semble de nature à illustrer la nature et la singularité du lieu. Certaines séquences sont ainsi révélatrices de l'esprit "maison" : une vieille femme transmet à un jeune interprète un ballet qu'elle a jadis dansé ; la palette émotionnelle se découvre à travers le vocabulaire gestuel, resté intact dans sa mémoire.

Fabienne Arvers
CNC - Images de la culture
Délaissant portraits et interviews, Frederick Wiseman filme cette véritable institution américaine qu'est l'American Ballet Theatre, fondé par Balanchine, sans se soucier de hiérarchiser les dimensions artistiques ou pédagogiques (le travail des chorégraphes et maîtres de ballet avec les solistes ou le corps de ballet), administratives ou économiques. La parole est ici à l'image, captivante !
La caméra s'installe posément dans les studios de ...

AMERICAN BALLET THEATRE ; DANSE ; BALLET

... Lire [+]

U V


Cote : DA PA 124

Est-ce le fameux "P'tit Bal" de Philippe Decouflé sur la chanson de Bourvil qui a inspiré cette collection ? L'idée, en tous cas, a tout pour plaire : avec la complicité d'un réalisateur, les chorégraphes choisis ont joué le jeu en mettant en danse avec talent un air puisé dans le répertoire de la chanson française, où le plus souvent, poésie rime avec drôlerie et tendresse.
Aucune de ces danses ne s'apparente à un clip censé illustrer la chanson, mais elles constituent toujours une proposition chorégraphique originale. Chansons de geste version contemporaine, elles permettent d'accéder en quelques minutes aux univers fort diversifiés des chorégraphes. Prenez une chanson, ses couplets et son refrain, le timbre de la voix de l'interprète, le sujet ou l'ambiance évoqués, et voyez quelles images, quelles couleurs, quelles figures et quels rythmes, la danse pourrait leur donner.

Fabienne Arvers
CNC - Images de la culture

La chanson des Frères Jacques raconte les amours d'une fille dont l'homme meurt à la guerre. L'image est noir et blanc. Le couple roule dans un champ, ignorant du temps qui passe et des amours en sursis. Ludiques, leurs étreintes ont l'éclat du soleil qui adoucit un horizon trop sombre pour être vraiment vu.
On sait depuis leurs débuts l'attraction exercée par l'élément terre sur le couple Andreas Schmid et Nathalie Pernette. Friable, boueuse, elle accueille leurs chutes et recouvre les corps. Quand, plus tard, l'homme allongé a l'air de dormir, on doute de ce filet rouge sang qui s'écoule de sa bouche. On est comme Barbara, dans un temps bousculé. On songe au dormeur du Val. Et l'on comprend la terre, présente du premier au dernier plan, non comme un paysage, mais bien comme un refuge.

Fabienne Arvers
CNC - Images de la culture
Est-ce le fameux "P'tit Bal" de Philippe Decouflé sur la chanson de Bourvil qui a inspiré cette collection ? L'idée, en tous cas, a tout pour plaire : avec la complicité d'un réalisateur, les chorégraphes choisis ont joué le jeu en mettant en danse avec talent un air puisé dans le répertoire de la chanson française, où le plus souvent, poésie rime avec drôlerie et tendresse.
Aucune de ces danses ne s'apparente à un clip censé illustrer la ...

PERNETTE (NATHALIE) ; SCHMID (ANDREAS) ; DANSE CONTEMPORAINE ; AMOUR ; CHANSON FRANCOPHONE ; CHANT ; FRERES JACQUES (LES) ; TRAGEDIE ; MORT ; TERRE ; SPECTACLE IN SITU

... Lire [+]

U V


Cote : DA E COMP 01

A partir d'un principe simple, dans la continuité de la série "Une Danse, le temps d'une chanson", Patrice Nezan propose une série de sept films courts qui réunissent chacun un chorégraphe et un réalisateur. Dans ces "chorégra-films", la musique imprime sa durée et son atmosphère à chacun des univers chorégraphiques. Voyages dans des mondes éphémères dont l'étrangeté tient autant à la qualité des images qu'aux situations imaginées.

Irène Filiberti
CNC - Images de la culture

De quoi sont faits les baisers ? Quelle mémoire, quels rêves abritent-ils ? semblent se demander les deux chorégraphes et interprètes. Au fil des tabeaux qui façonnent cette fresque insolite, le film se détourne des mots simples de la chanson pour réfléchir en termes d'identité à partir de la nudité, des sensations et des désirs les plus enfouis.

Irène Filiberti
CNC - Images de la culture
A partir d'un principe simple, dans la continuité de la série "Une Danse, le temps d'une chanson", Patrice Nezan propose une série de sept films courts qui réunissent chacun un chorégraphe et un réalisateur. Dans ces "chorégra-films", la musique imprime sa durée et son atmosphère à chacun des univers chorégraphiques. Voyages dans des mondes éphémères dont l'étrangeté tient autant à la qualité des images qu'aux situations imaginées.

Irène ...

GIES (FREDERIC) ; EROTISME ; CORPS NU ; IDENTITE SEXUELLE ; DANSE CONTEMPORAINE ; ART VIDEO ; AMOUR ; REVE ; MEMOIRE ; SPECTACLE IN SITU ; CHANT ; MUSIQUE

... Lire [+]

U V


Cote : DA PA 097

Tourné au couvent Notre-Dame-de-la-Tourette et à Montpellier, ce film s'attache à cerner la dimension spirituelle de l'oeuvre du chorégraphe Bill T. Jones. Le dialogue avec un dominicain à qui il confie les enjeux de son travail est entrecoupé de séquences dansées : improvisations avec le musicien Max Roach, travail avec Trisha Brown, extraits de "Still Here", dernière création présentée en France.
Créée à New York, cette pièce provoqua une belle polémique, certains critiques dénonçant ce 'victim art' dégradant pour l'artiste comme pour son public. Pour Bill T. Jones, cette pièce traite des émotions, de l'expérience de la vie devant la mort, et les ateliers de survie qu'il anima dans un premier temps, avec des malades en phase terminale furent pour lui un moyen de conjurer la peur. Pour cet artiste américain noir, homosexuel et séropositif, la disparition de son amant Arnie Zane, mort du sida en 1988, fut déterminante : "Je pense que ma tâche est de venir au monde, de voir ce qui s'y passe et de l'arranger", estime-t-il aujourd'hui.

Fabienne Arvers
CNC - Images de la culture
Tourné au couvent Notre-Dame-de-la-Tourette et à Montpellier, ce film s'attache à cerner la dimension spirituelle de l'oeuvre du chorégraphe Bill T. Jones. Le dialogue avec un dominicain à qui il confie les enjeux de son travail est entrecoupé de séquences dansées : improvisations avec le musicien Max Roach, travail avec Trisha Brown, extraits de "Still Here", dernière création présentée en France.
Créée à New York, cette pièce provoqua une ...

JONES (Bill T.) ; BROWN (TRISHA) ; DANSE CONTEMPORAINE ; MORT

... Lire [+]

U V


Cote : DA PA 106

Blanc comme l'oubli des couleurs, ce blanc que Mathilde Monnier avait déjà planté en lisière du regard dans "L'Atelier en pièces", spectacle magistral créé avec un participant aux rencontres du centre chorégraphique national de Montpellier en direction de personnes autistes. Valérie Urréa s'attache ici à suivre la relation engagée entre la chorégraphe et Marie-France, jeune autiste de 26 ans.
Il y a les moments d'un spectacle donné par elles deux et Louis Sclavis pour la musique, et le travail dans le cadre des ateliers de mouvement menés depuis quatre ans en collaboration avec l'association "Les murs d'Aurelle" à l'hôpital de La Colombière. La relation entre Mathilde et Marie-France, évoquée par les pédo-psychiatres, médecins et kynésiologues, transite essentiellement par le corps : "C'est au-delà de la parole, mais dans un langage propre." Propre à révéler "les capacités physiques étonnantes de Marie-France, extraordinaires, lui permettant d'adopter des positions que même un danseur ne peut refaire." Une découverte fascinante pour cette danseuse dont le corps recèle nombre de chemins oubliés.

Fabienne Arvers
CNC - Images de la culture
Blanc comme l'oubli des couleurs, ce blanc que Mathilde Monnier avait déjà planté en lisière du regard dans "L'Atelier en pièces", spectacle magistral créé avec un participant aux rencontres du centre chorégraphique national de Montpellier en direction de personnes autistes. Valérie Urréa s'attache ici à suivre la relation engagée entre la chorégraphe et Marie-France, jeune autiste de 26 ans.
Il y a les moments d'un spectacle donné par elles ...

MONNIER (MATHILDE) ; DANSE CONTEMPORAINE ; HANDICAP ; EDUCATION ARTISTIQUE ; DANSE ; CHOREGRAPHIE

... Lire [+]

U V


Cote : DA PA 087

Caramba, une troupe au nom d'opérette, se produit dans un vieux bâtiment désaffecté. Un reporter aux grandes oreilles est le seul spectateur de cette revue éclectique. Un moustachu magicien à ressort se transforme en alligator, une poupée se trémousse sur les trépidations d'une machine à laver... Eberlué, le reporter se carapate sur les dernières mesures d'un final zoulou, rigolo et rythmé.
Première fiction cinématographique réalisée par le futur chorégraphe de "Codex", "Triton" et de la cérémonie des jeux olympiques d'hiver d'Albertville. Drôlerie, poésie et acrobatie sont au rendez-vous de l'imagination débridée de ce faiseur d'images né. Un film coloré qui cultive un genre difficile : l'humour et la fantaisie.

Patrick Bossatti
CNC - Images de la culture
Caramba, une troupe au nom d'opérette, se produit dans un vieux bâtiment désaffecté. Un reporter aux grandes oreilles est le seul spectateur de cette revue éclectique. Un moustachu magicien à ressort se transforme en alligator, une poupée se trémousse sur les trépidations d'une machine à laver... Eberlué, le reporter se carapate sur les dernières mesures d'un final zoulou, rigolo et rythmé.
Première fiction cinématographique réalisée par le ...

DECOUFLE (PHILIPPE) ; COMPAGNIE DCA - PHILIPPE DECOUFLE ; BURLESQUE ; DANSE CONTEMPORAINE

... Lire [+]

U V


Cote : DA PA 117

Charles Picq a rêvé son film comme une aubade, courte et vive. Carolyn Carlson, "femme aux multiples facettes", plonge dans son histoire, évoque son maître Alwin Nikolais, sa nomination à l'opéra de Paris comme chorégraphe résidente dans les années 1980 et la mise en place, à l'Opéra, du Groupe de recherche chorégraphique qu'elle appelle son "laboratoire de création".
On la suit à Venise où "Blue Lady" verra le jour avant de faire le tour du monde. Puis, retour au Théâtre de la Ville à Paris où son univers se fait nettement plus théâtral, imprégné de spiritualité. Celles et ceux qui ont été ses complices et ses proches confirment l'évolution de son parcours : la danseuse Marie-Claude Pietragalla, le danseur Lario Ekson et le compositeur René Aubry qui partagea sa vie pendant quinze ans. Le compositeur Michel Portal, complice privilégié de ce qui fonde la geste carlsonienne, témoigne sur l'improvisation et une certaine sauvagerie. "Je viens du mouvement hippie, mais offrir des fleurs ne suffit plus. Il faut les déchirer et les offrir d'une autre façon," dit Carlson.

Fabienne Arvers
CNC - Images de la culture
Charles Picq a rêvé son film comme une aubade, courte et vive. Carolyn Carlson, "femme aux multiples facettes", plonge dans son histoire, évoque son maître Alwin Nikolais, sa nomination à l'opéra de Paris comme chorégraphe résidente dans les années 1980 et la mise en place, à l'Opéra, du Groupe de recherche chorégraphique qu'elle appelle son "laboratoire de création".
On la suit à Venise où "Blue Lady" verra le jour avant de faire le tour du ...

CARLSON (CAROLYN) ; PIETRAGALLA (MARIE-CLAUDE) ; DANSE CONTEMPORAINE ; CHOREGRAPHIE

... Lire [+]

U V


Cote : DA PA 105

Créé il y a sept ans, le duo entre la chorégraphe Mathilde Monnier et le clarinettiste Louis Sclavis a ceci de particulier que son écriture évolue sans cesse. Ce n'est donc pas une pièce de répertoire, revendiquent-ils tous deux en insistant sur la règle du jeu : partager des rapports d'intensité en privilégiant les renvois, la variété des énergies.
"On l'a abordé sans psychologie, c'est un travail sur le travail", disent-ils tous deux. Valérie Urréa capte ce dialogue fait de gestes et de sons, de regards et d'écoute. Une danse extrêmement élaborée, "impossible à interpréter totalement sans erreur tant elle fonctionne sur des oppositions entre tension et relâchement, directions et énergies. J'essaye que chaque mouvement ait plusieurs sens : au dialogue avec Louis Sclavis se superpose un dialogue interne à ma danse où toutes les couches d'un mouvement, sa fragmentation, sont données à voir. Finalement, cette pièce suit mon travail : elle est témoin d'un état d'être, d'un état de recherche", constate Mathilde Monnier. Louis Sclavis ne la contredit pas : cela fait toute la beauté de ce duo, frémissant et en devenir perpétuel.

Fabienne Arvers
CNC - Images de la culture
Créé il y a sept ans, le duo entre la chorégraphe Mathilde Monnier et le clarinettiste Louis Sclavis a ceci de particulier que son écriture évolue sans cesse. Ce n'est donc pas une pièce de répertoire, revendiquent-ils tous deux en insistant sur la règle du jeu : partager des rapports d'intensité en privilégiant les renvois, la variété des énergies.
"On l'a abordé sans psychologie, c'est un travail sur le travail", disent-ils tous deux. Valérie ...

MONNIER (MATHILDE) ; SCLAVIS (LOUIS) ; DANSE CONTEMPORAINE ; CLARINETTE ; DANSE ; CHOREGRAPHIE

... Lire [+]

U V


Cote : DA PA 042

"Devenue une danse de la rue, une fête expiatrice et populaire, la capoeira est née en même temps que le Brésil. Alors appelée "N'Golo", la danse prend sa source dans le camouflage d'une lutte de libération des esclaves, un exercice destiné à tromper l'oppresseur. Laurence Méhaignerie visite les villes emblématiques et rencontre les maîtres d'académies de la capoeira."
"Devenue une danse de la rue, une fête expiatrice et populaire, la capoeira est née en même temps que le Brésil. Alors appelée "N'Golo", la danse prend sa source dans le camouflage d'une lutte de libération des esclaves, un exercice destiné à tromper l'oppresseur. Laurence Méhaignerie visite les villes emblématiques et rencontre les maîtres d'académies de la capoeira."

DANSE ; ARTS MARTIAUX ; CAPOEIRA

... Lire [+]

U V


Cote : DA PA 099

Voyage vidéo-chorégraphique à travers les cités portuaires de Marseille, Trieste, Rotterdam, Riga, Vigo, Lisbonne, Vancouver. Une errance ponctuée de danses pour passerelles, bastingages, tables de bar et couloirs d'autobus : toutes les villes s'apparentent et le mouvement tisse entre elles des correspondances inédites.
"Qui mieux que le chemin connaît le voyageur ?" dit le proverbe. La voie est ici celle du regard que portent les Corsino sur le monde alentour, chemin du regard et de l'esprit. Mises en distance par un traitement esthétique convaincant, les villes accostées par les N+N et leurs danseurs deviennent des lieux improbables, imaginaires, qu'ils lisent comme autant de paysages à déchiffrer par l'écriture gestuelle et le cadrage vidéo.

Patrick Bossatti
CNC - Images de la culture
Voyage vidéo-chorégraphique à travers les cités portuaires de Marseille, Trieste, Rotterdam, Riga, Vigo, Lisbonne, Vancouver. Une errance ponctuée de danses pour passerelles, bastingages, tables de bar et couloirs d'autobus : toutes les villes s'apparentent et le mouvement tisse entre elles des correspondances inédites.
"Qui mieux que le chemin connaît le voyageur ?" dit le proverbe. La voie est ici celle du regard que portent les Corsino sur le ...

N+N CORSINO ; DANSE ; CHOREGRAPHIE ; ART VIDEO ; ESPACE URBAIN ; VILLE

... Lire [+]

U V


Cote : DA PA 112

Adaptées du spectacle "Codex", ces quelques séquences farfelues et bienvenues sont dynamisées par la réalisation de Philippe Decouflé. Des microbes ficelles, virgules noires et palmées, disputent la vedette au duo d'un géant et d'une poupée. Deux hommes en robe se plient en quatre sur une mélodie mélancolique chantée par un homme entonnoir... Un festival hétéroclite d'humour et de poésie.
On croyait le jeune homme branché et, comme tout ce qui doit à l'air du temps, on rangeait volontiers son savoir-faire au rayon des fantaisies éphémères et des gadgets. Pourtant, l'exubérance passée, il reste dans ce film un sens poétique ineffable, une science de l'image et de la concision qui font défaut à nombre de productions de l'époque. C'est un manifeste doux dingue, un 'ethno reportage' sur des peuples imaginaires et des us et coutumes chorégraphiques échappés d'un esprit prolixe et sidérant. Philippe Decouflé est sans doute le grand héritier d'Alwin Nicolaïs, dont il fut l'élève au centre national de danse contemporaine d'Angers.

Patrick Bossatti
CNC - Images de la culture
Adaptées du spectacle "Codex", ces quelques séquences farfelues et bienvenues sont dynamisées par la réalisation de Philippe Decouflé. Des microbes ficelles, virgules noires et palmées, disputent la vedette au duo d'un géant et d'une poupée. Deux hommes en robe se plient en quatre sur une mélodie mélancolique chantée par un homme entonnoir... Un festival hétéroclite d'humour et de poésie.
On croyait le jeune homme branché et, comme tout ce qui ...

COMPAGNIE DCA - PHILIPPE DECOUFLE ; DECOUFLE (PHILIPPE) ; DANSE CONTEMPORAINE ; CHOREGRAPHIE

... Lire [+]

U V


Cote : DA E COMP 01

A partir d'un principe simple, dans la continuité de la série "Une Danse, le temps d'une chanson", Patrice Nezan propose une série de sept films courts qui réunissent chacun un chorégraphe et un réalisateur. Dans ces "chorégra-films", la musique imprime sa durée et son atmosphère à chacun des univers chorégraphiques. Voyages dans des mondes éphémères dont l'étrangeté tient autant à la qualité des images qu'aux situations imaginées.

Irène Filiberti
CNC - Images de la culture

"Daïté" est un conte moderne réalisé avec une grande sobriété. Il évoque à la fois l'ère des nouvelles technologies et des rituels anciens liés à la nature. La mythologie de fantaisie imaginée par le chorégraphe Yvann Alexandre prend corps sur une musique "africaine" de Martin Kayo.
La ligne continue d'une route départementale, quelques brins d'herbe bucoliques, la danse d'une jeune femme. Un homme se couche, une voiture passe, la métamorphose s'accomplit. Des bras dansent autour d'un arbre. Deux hommes, un jeune éphèbe et un vieux paysan au visage buriné, se saluent. La caméra filme dans le détail leurs échanges : des regards, des sourires, des poignées de main qui symbolisent un passage ou la transmission d'un savoir de génération en génération. De la sagesse, en somme.

Irène Filiberti
CNC - Images de la culture
A partir d'un principe simple, dans la continuité de la série "Une Danse, le temps d'une chanson", Patrice Nezan propose une série de sept films courts qui réunissent chacun un chorégraphe et un réalisateur. Dans ces "chorégra-films", la musique imprime sa durée et son atmosphère à chacun des univers chorégraphiques. Voyages dans des mondes éphémères dont l'étrangeté tient autant à la qualité des images qu'aux situations imaginées.

Irène ...

ALEXANDRE (YVANN) ; CONTES ET LEGENDES ; NOUVELLES TECHNOLOGIES ; RITUELS ; AFRIQUE ; MUSIQUE DU MONDE ; MUSIQUE ET DANSE ; RELATION AUX AUTRES ; ESPACE NATUREL ; SPECTACLE IN SITU ; CHANT

... Lire [+]

U V


Cote : AR PA 019

Dans un climat de complicité, Daniel Buren répond aux questions de Pierre-André Boutang pendant la préparation de son exposition au Centre Georges Pompidou en 2002. De nombreux extraits d'archives photographiques ou filmiques (FR3 Bourgogne, 1982) ainsi que certains des courts-métrages réalisés par Buren en 1969 ("La Leçon de cartes", "Mise au point", "Biographie", "Petites annonces") jalonnent l'entretien et retracent l'itinéraire de l'artiste.
Depuis quarante ans, Daniel Buren porte un regard critique sur les lieux dans lesquels il intervient, dont ses oeuvres in situ révèlent les particularités. Son "outil visuel", bande rayée comportant alternativement 8,7 cm d'espace coloré et blanc, est invariable, répétitif et instantanément identifiable. D'abord réaction contre la peinture, il est vite devenu l'élément central de son oeuvre. En 1977, avec "Les Couleurs, sculptures", Buren présentait une multitude de drapeaux rayés dressés sur les toits de bâtiments fameux, visibles depuis le dernier étage du Centre Pompidou ; il soulignait ainsi que le public y vient autant pour voir la ville que les oeuvres. Au printemps 2002, il investit les 3000 m2 du sixième étage en proposant une métamorphose radicale des salles d'exposition. Conscient des pièges du musée qui peut "appuyer, détruire, déformer, enjoliver ce qu'y fait un artiste, quel que soit ce qui arrive en ce lieu", il souhaite analyser les conséquences d'un tel projet.

Christine Rheys
CNC - Images de la culture
Dans un climat de complicité, Daniel Buren répond aux questions de Pierre-André Boutang pendant la préparation de son exposition au Centre Georges Pompidou en 2002. De nombreux extraits d'archives photographiques ou filmiques (FR3 Bourgogne, 1982) ainsi que certains des courts-métrages réalisés par Buren en 1969 ("La Leçon de cartes", "Mise au point", "Biographie", "Petites annonces") jalonnent l'entretien et retracent l'itinéraire de l...

BUREN (DANIEL) ; ARTS PLASTIQUES ; EPOQUE CONTEMPORAINE ; ESPACE URBAIN

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

DANSE CONTEMPORAINE [60]

DANSE [34]

CHOREGRAPHIE [33]

SPECTACLE IN SITU [22]

ARTS PLASTIQUES [13]

ART VIDEO [12]

ESPACE URBAIN [11]

CHANT [10]

AMOUR [8]

EROTISME [8]

BALLET [7]

CHANSON FRANCOPHONE [7]

CORPS NU [7]

PHOTOGRAPHIE [7]

THEATRE [7]

BAGOUET (DOMINIQUE) [6]

DECOUFLE (PHILIPPE) [6]

EAU [6]

SCULPTURE [6]

DANSE CLASSIQUE [5]

ESPACE NATUREL [5]

HIP-HOP [5]

MONNIER (MATHILDE) [5]

MUSIQUE [5]

NOUVEAU CIRQUE [5]

PROCESSUS DE CREATION [5]

CHOPINOT (REGINE) [4]

COMPAGNIE DCA - PHILIPPE DECOUFLE [4]

LANGAGE DU CORPS [4]

MAISON [4]

MANIPULATION D'OBJET [4]

PEINTURE [4]

RELATION AUX AUTRES [4]

APESANTEUR [3]

ARTS MARTIAUX [3]

BALLET CLASSIQUE [3]

BURLESQUE [3]

DUBOC (ODILE) [3]

EDUCATION ARTISTIQUE [3]

EPOQUE CONTEMPORAINE [3]

EQUILIBRE [3]

IDENTITE SEXUELLE [3]

KELEMINIS (MICHEL) [3]

KYLIAN (JIRI) [3]

LARRIEU (DANIEL) [3]

MEMOIRE [3]

MORT [3]

NADJ (JOSEF) [3]

SAPORTA (KARINE) [3]

ACROBATIE AU SOL [2]

ACROCYCLE [2]

AFRIQUE [2]

AMERICAN BALLET THEATRE [2]

ANIMALITE [2]

ARCHITECTURE [2]

ART CLOWNESQUE [2]

ART CORPOREL [2]

BAUSCH (PINA) [2]

BEJART (MAURICE) [2]

BOLTANSKI (CHRISTIAN) [2]

BUFFARD (ALAIN) [2]

CAPOEIRA [2]

CARLSON (CAROLYN) [2]

CHARMATZ (BORIS) [2]

CHOREGRAPHE [2]

CINEMA [2]

COMPAGNIE FATTOUMI-LAMOUREUX [2]

COMPAGNIE KÄFIG [2]

COSTUME [2]

COSTUME DE CIRQUE [2]

DANSE SACREE [2]

DANSE URBAINE [2]

DANSEUR [2]

EK (MATS) [2]

ENTRAINEMENT [2]

ENVIRONNEMENT [2]

FATTOUMI (HELA) [2]

Fiche à compléter [2]

FLAMENCO [2]

FOLIE [2]

FORSYTHE (WILLIAM) [2]

FOURNY (PIERRE) [2]

FRICHE INDUSTRIELLE [2]

GALLOTTA (JEAN-CLAUDE) [2]

HASARD [2]

HERVIEU (DOMINIQUE) [2]

JONGLERIE [2]

LAMOUREUX (ERIC) [2]

MARIONNETTE [2]

MASSUE [2]

MONTALVO (JOSÉ) [2]

MUSIQUE DU MONDE [2]

NETHERLANDS DANCE THEATRE [2]

NIJINSKY (VASLAV) [2]

NOUREEV (RUDOLF) [2]

NOUVELLES TECHNOLOGIES [2]

OPERA [2]

OURAMDANE (RACHID) [2]

PASSING [2]

PORTERS ACROBATIQUES [2]

PRELJOCAJ (ANGELIN) [2]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

Dossiers

 
Z